Sustainable_choice_KTH_HL-Display_027.jpg

Le bioplastique n’est plus une idée, c’est devenu une réalité

HL Display s’est associé avec le KTH (Institut Royal de Technologie de Stockholm) et l’IVL (Institut des recherches environnementales de Suède) pour développer des produits fabriqués en bioplastique. Grâce au bioplastique, l’objectif est de réduire l’utilisation de matériaux d’origine fossile dans les produits HL.

Nous avons rencontré Rosana Moriana Torro, qui a dirigé les recherches au sein du KTH, pour parler des dernières innovations du bioplastique et du besoin de réduire notre dépendance aux énergies fossiles. 

Rosana, d’où vient votre intérêt pour les matériaux alternatifs ?

Très tôt, je me suis intéressée aux matériaux organiques et biodégradables comme alternative au plastique conventionnel. Je suis fascinée par les propriétés que l’on trouve dans la nature et je pense que nous avons beaucoup à apprendre. Par exemple, peut-on utiliser des matériaux organiques pour fabriquer du plastique qui non seulement impacte moins l’environnement, mais qui est également plus résistant que le plastique classique ?  La manière dont la nature rassemble les différents composants pour créer des matériaux, permet de fabriquer des produits résistants et compétitifs avec des fonctions spécifiques qui résistent malgré les agents environnementaux. Mais il y a quelques années, en 2001, un plastique organique et biodégradable ressemblait plus à un rêve qu’à une réalité.

Pourquoi les bioplastiques sont importants ?

Nous devons mettre fin à notre dépendance au plastique fabriqué à base de pétrole. La mer se remplie de déchets plastiques qui ne se désintègrent pas et les plastiques s’entassent dans les décharges qui dégagent des gaz à effet de serre et des liquides qui polluent notre eau. Nous devons agir de manière concrète contre cela et le seul moyen et de commencer limiter la production de plastique conventionnel.

Comment peut-on utiliser le plastique conventionnel de manière plus durable ?

Nous devons nous assurer que nous recyclons autant que nous le pouvons. En faisant cela, nous allons diminuer l’usage des énergies fossiles – moins nous extrairons de pétrole mieux cela sera. Mais nous devons comprendre qu’il s’agit d’une solution temporaire. Nous ne faisons que retarder le problème, tôt ou tard il faudra gérer les déchets.    

Quels sont les avantages du bioplastique ?

Le bioplastique est fabriqué à partir de ressources renouvelables comme l’amidon de maïs ou même le bois. Cela signifie que nous pouvons éviter la majorité des émissions de gaz à effet de serre et qu’à la fin de leur cycle de vie, la majorité des bioplastiques sont biodégradables – ce qui vient de la nature, retourne à la nature.

Comment pouvons-nous accélérer la transition vers le bioplastique ?

Nous avons parcouru beaucoup de chemin depuis 2001 et aujourd’hui nous avons un bioplastique qui peut concurrencer le plastique conventionnel sur ses performances. Mais nous en sommes encore aux prémices et il y a encore beaucoup de recherches passionnantes à mener. Nous en sommes à un stade où nous avons besoin de pionniers, des entreprises qui commencent à remplacer le plastique conventionnel par du bioplastique, car si la demande augmente, les investissements dans la recherche, le matériel de développement et les infrastructures suivront. Cela engendrera la découverte de nouveaux bioplastiques aux propriétés spécifiques qui seront une véritable alternative aux applications concrètes.

À quoi pouvons-nous nous attendre en termes de développement de matériaux ?

Nous possédons déjà le savoir-faire technique nécessaire à l’exploitation de bio-masse résiduelle pour extraire des polymères de pommes de pin, d’épines de pins, de paille ou d’autres déchets organiques à faible valeur d’application. Mais des recherches plus poussées sont nécessaires avant que ces matériaux puissent être traités et proposés à l’échelle commerciale. 

En tant que chercheuse, à quoi cela ressemble de travailler avec une entreprise ?

Pour développer des produits qui peuvent avoir un impact réellement positif sur l’environnement et satisfaire les besoins du marché, les instituts de recherche et les entreprises doivent travailler ensemble. Le but est de réunir trois éléments fondamentaux : le savoir des chercheurs, les besoins de l’industrie et la réalité du marché du bioplastique.

Travailler avec HL Display est un excellent exemple : j’ai aidé à identifier un bioplastique compatible avec le processus de l’extrusion et j’ai réalisé de nombreux tests en laboratoire sur le produit final pour m’assurer qu’il répondait aux exigences qualité d’HL. Cela a été une expérience très enrichissante qui m’a permis de partager mon savoir universitaire avec des professionnels pour trouver une véritable solution. Ce type de collaboration est nécessaire pour traduire la recherche au marché. Nous avons besoin de plus d’entreprises comme HL Display pour passer du laboratoire et des thèses aux actionnaires et aux sociétés. 

Et les résultats ?

Pour moi, c’est très gratifiant de gérer le développement d’un produit qui est maintenant disponible sur le marché. Nous avons prouvé que le bioplastique peut être compétitif. Lorsque j’ai commencé ma carrière, le bioplastique était une idée, maintenant, c’est une réalité.